Gabacho.jpg

gabacho,

d'aura xilonen

      Liborio, jeune clandestin mexicain tente de se faire une place dans le sud des Etats-Unis. Sortir de la rue et sa violence pour pouvoir se détendre, enfin. Une langue surprenante et piquante comme un verre de téquila, sortie de la tête d'une auteure âgée d'à peine 20 ans. 

      Si vous deviez lire ce roman rien que pour une chose ce serait la langue ! Quelle langue... Irrévérencieuse, trash et poétique en même temps, l’écriture d’Aura Xilonen fait l’effet d’un uppercut bien placé. L’argo mexicain y est fleuri (euphémisme) et extraordinairement traduit par Julia Chardavoine, qui a reçu le Grand Prix de traduction de la ville d'Arles pour ce roman. La narration, ébouriffante et rythmée, vous emportera dans la vie de Liborio, jeune clandestin qui atterrit à demi mort dans le sud des Etats-Unis après avoir traversé la frontière mexicaine. 

inaccessible  eldorado

Adolescent, Liborio n’a que ses poings et sa détermination pour pallier la clandestinité et la pauvreté. Il se fait embaucher (exploiter serait le terme exact) par Le Boss comme petite main dans une librairie hispanique. Mais une baston pour une jolie “gisquette” et la mise à sac de la librairie vont ramener à la rue le jeune mexicain.

Désœuvré et en colère, il tente de sortir la tête de l’eau. La vie sur le territoire américain ne ressemble en rien à un eldorado. L’indifférence et la duplicité de certains pour profiter de ses talents de boxeur ravivent la méfiance de Liborio qui ne croit qu’en ses tripes et peut-être en rêve à cette voisine inconnue et inaccessible.  

Gabacho est synonyme au Mexique de gringo, c'est à dire toute personne américaine ou venue du Nord et parlant mal espagnol. Par extension le Gabacho  est aussi pour les Mexicains une façon de nommer le territoire américain, explique l'éditeur.

Aura Xilonen avait tout juste 19 ans lorsqu'elle a terminé ce premier roman. La maturité de l’écriture et l’humour grinçant distillés dans ce récit écartent le pathos ou la moralisation. Mais ce livre vous laissera à vif. Et tant mieux.

Gabacho, d’Aura Xilonen

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Julia Chardavoine

Editions Liana Levi.

En librairie le 1er février 2018.

> RETOUR