editions_zo_-_r_cit_-_dans_la_ville_provisoire_-_bruno_pellegrino.png

Dans la ville provisoire

de Bruno Pellegrino

      Au creux de l'hiver, un jeune homme s'immisce dans la vie d'une traductrice dont il est chargé d'inventorier l'oeuvre. La maison se trouve dans une ville lagunaire aux airs vénitiens, dont l'âme charge son voyage de mystère et d'eau. 

      Bruno Pellegrino, remarqué en 2018 avec Là-bas, août est un mois d’automne, (Prix François-Mauriac de l'Académie Française, Prix des libraires Payot...) plonge, avec ce troisième roman, dans une Venise jamais nommée mais dont on se plaît à chercher les détails que l’on croit reconnaître.

Dans la ville provisoire prend le contre-pied de la Venise ordinairement décrite par ses somptueux palais et ses canaux envahis de touristes. C’est une ville hivernale et bien plus intime dans laquelle Bruno Pellegrino nous immerge. Cette ville est à la fois le cadre de l’intrigue et un personnage à part entière, captivant, balloté entre ciel et eau.

Un jeune homme est chargé par une fondation de l’inventaire de la maison d’une traductrice qu’il n’a jamais rencontrée. Au rythme du flux et reflux de l’acqua alta, il observe, feuillette, classe, range. Les semaines défilent. Il se demande quoi faire de tous ces objets du quotidien qui disent peut-être plus de cette femme que ses annotations en marge de son travail sur la langue.
Cette intimité à sens unique l’émeut et le dérange. Par d’infimes indices, le narrateur s’imagine sa vie. L’heure à laquelle elle se réveille la nuit, saisie par la phrase sur laquelle elle bute depuis des semaines, mais aussi sa vie privée, ses amours, sa solitude ? Comme un écho, ces réflexions ramènent le narrateur à sa propre existence, ce qui resterait s’il disparaissait, lui qui n’a pas 30 ans. Cet effet miroir gagne le lecteur qui se prend à rêver en passant d'une rive à l'autre.

La poésie de l’écriture de Bruno Pellegrino a quelque chose de l’ordre du synesthésique. Les lettres, les couleurs, les odeurs, les sons s’enroulent autour de cette langue qui pourrait se lire rien que pour elle-même. 

 

Dans la ville provisoire
Bruno Pellegrino

Editions ZOE
En librairie en janvier 2021

> RETOUR