G05673.jpg

rien ne t'appartient
de nathacha appanah

      Tara a fait table rase du passé mais la mort de son mari fissure ce fragile équilibre construit sur les ruines d’une vie indonésienne marquée par la mort et la violence.

     “ ‘Rien ne t’appartient ici’. Je ne sais pas encore que ces mots englobent la robe que je porte, ma peau, mon corps, mes pensées, ma sueur, mon passé, mon présent, mon avenir, mes rêves et mon nom”. 

 

Des années après avoir été brusquement privée de tout dans un pays non nommé qui semble être situé en Indonésie, Tara échappe à son passé en rencontrant Emmanuel. Sa mort vient réveiller la douloureuse morsure d’une enfance qui a trop tôt cotoyé le meurtre, la violence et des phénomènes climatiques extrêmes. Alors Tara se demande s’il ne serait pas plus facile de se laisser glisser hors de la réalité, de lâcher prise pour ne plus avoir à vivre deux identités si éloignées l’une de l’autre. 

 

J’attendais avec impatience la sortie de ce nouveau roman de Nathacha Appanah. J’adore cette écrivaine, j’ai lu plusieurs de ses livres, dont Tropique de la violence, qui m’avait durablement marqué lors de sa sortie en 2016. À regret, je suis passée un peu à côté de Rien ne t’appartient. La construction narrative en deux parties coupe, selon moi, l’élan romanesque et j’ai eu l’impression de commencer le roman en débutant la deuxième partie. Je n’ai retrouvé l’intensité habituelle de son écriture qu’à certains moments, dans l’apprentissage que fait l’héroïne de la Bharatanatyam (danse sacrée de l'Inde du Sud), et ces rites qui viennent rythmer l’enfance aux heures où l’innocence est encore intacte. 

Rien ne t'appartient, de Nathacha Appanah.

Editions Gallimard, 

En librairie le 19 août 2021

> RETOUR