que sur toi se lamente le Tigre_edited.jpg

que sur toi se lamente le tigre
d'Emilienne Malfatto

      Dans une petite ville d’Irak, une jeune femme commet le péché absolu : tomber enceinte d’un homme qui n’est pas encore son époux. À ce crime impardonnable, une seule issue possible : la mort, de la main de son frère aîné, pour laver l’honneur familial. 

      La tension de ce fulgurant premier roman s'intensifie à la façon des tragédies antiques. En lieu et place des cinq actes, ce sont les voix de chaque membre d'une famille de l’Irak rural d’aujourd’hui qui se succèdent comme autant de cris muets. Dans cette famille, une jeune femme attend la mort. Elle est une fille, une sœur, une belle-sœur mais pas encore une épouse. Alors, lorsqu’elle s’aperçoit qu’elle est enceinte, elle sait que cette vie à venir signera sa mort.  

 

Ce roman met devant nos yeux l’impuissance, le désespoir et surtout la résignation face à cette mécanique contre laquelle nul n’estime pouvoir se dresser. “L'honneur est plus important que la vie. Chez nous mieux vaut une fille morte qu'une fille mère”. “Je vais tuer tout à l'heure et je penserai que je n'ai pas le choix. Sa vie ou notre honneur à tous. Ce n'est pas moi qui tuerai, mais la rue, le quartier, la ville. Le pays.”

Le Tigre, qui traverse l'Irak du nord au sud, donne aussi de la voix. Spectateur des drames du pays et de la vanité des hommes, le fleuve semble être le témoin immémorial de cette société dans laquelle l’honneur et l’autorité masculine font loi, abrogeant l’amour, la complicité et même les liens du sang.   

 

J’ai été touchée par ce livre, son humanité, son mélange de pudeur et de cruauté. Certains passages sont marqués par une poésie intense. En seulement 80 pages, l’auteure de 32 ans arrive à parler à la fois de la réalité d’un pays et de celle d’une famille.

 

Emilienne Malfatto est photo-journaliste indépendante et travaille principalement en Irak. Son reportage Dernière escale avant la mer (2015) a été récompensé par le prix France Info-Revue XXI. En 2019, son projet Al-Banaat, dans le sud de l’Irak, a été distingué par le Grand prix de la photographie documentaire de l’IAFOR (International Academic Forum).

 

 

Que sur toi se lamente le Tigre a reçu le Prix Goncourt du 1er roman en mai 2021. 

Que sur toi se lamente le Tigre, d'Emilienne Malfatto.

Editions Elyzad, 

En librairie le 3 septembre 2020

> RETOUR