a la ligne.jpg

À la ligne

feuillets d'usine

de Joseph Ponthus

  L'usine, on croit savoir ce que c'est. Pourtant, le témoignage de Joseph Ponthus revêt sa part d'étonnement et de stupeur. Ce livre rappelle à nos yeux les vies de ces hommes et ces femmes que, lâchement, on préfère oublier.

      Ce texte se délie comme un slam, il en a les tripes et la poésie. Joseph Ponthus est de ceux qui ont vécu dans leur chair la cadence de l’usine. Ce breton d'adoption de presque quarante ans est érudit et diplômé. Pourtant, le travail manque, alors “pour les sous” il prend le chemin de l’usine. Il raconte la dureté, mais aussi la paradoxale beauté de ce lieu que tout le monde croit connaître. 

 

HORS SOL

 

Aux heures d’embauche, il chantonne pour lui-même du Brel ou du Trenet au milieu du bruit assourdissant des machines. Il s'échappe avec les écrivains qui l'ont fait vibrer, Apollinaire, Dumas, Perec.

L’usine, c’est le corps qui souffre, le sommeil qui peine à s’installer après des heures à la chaîne à manipuler des carcasses de viande ou de poisson. Mais c’est aussi la joie du café-clopes avec les collègues. Quelques fous rires qui explosent quand la fatigue se fait insistante. Un crabe royal du Kamtchatka et quelques crevettes chapardés à droite à gauche. C’est aussi la joie extrême de retrouver la femme qu’il aime et son chien quand la journée se termine. 

“Comment peut-on être aussi joyeux de fatigue et de métier inhumain Je l’ignore encore”.

Mais “Au fil des heures et des jours le besoin d’écrire s’incruste tenace comme une arête dans la gorge”.

Rares sont les ouvriers qui prennent la plume pour raconter les horaires sans cesse décalés, la productivité toujours intensifiée, le corps qui craque. Car même la plume grignote du temps de sommeil et de repos.

Pour sûr, vous ne regarderez plus vos crevettes sous vide et votre steak du même œil après avoir lu ce très beau témoignage, qui percute autant qu'il émeut. 

 

À la ligne, feuillets d'usine,

de Joseph Ponthus.

Editions Gallimard - L'arbalète

En librairie le 7 janvier 2021

> RETOUR